Le vélo électrique, 4 bonnes raisons de s'y mettre

location_velo_nantes.JPG

La distance parcourue avec un vélo électrique 

La raison évidente est bien entendu : la distance. Un vélo classique convient pour des trajets de moins de 3 km, voire 5 km pour les plus courageux. 

Au-delà, le plus souvent les solutions adoptées sont soit la voiture ou bien les transports en communs. 

En terme de vitesse moyenne, que vous pouvez espérer avoir sur un vélo électrique. 

Celle-ci est de 22 km/h environ, contrairement au vélo électrique ou il faut utiliser toute son énergie pour aller le plus vite possible. 

neuf-rues-pietonnes-nantes-ete-2020.jpg

Les pentes et dénivelés sur un vélo électrique 

La plupart des chemins ou ruelles peuvent être arpentés de pavés ce qui peut rendre difficile l’accès aux vélos. 

C’est un des freins qui peuvent décourager les personnes à prendre leur vélo. 

Le vélo électrique est donc une excellente solution pour des villes avec de fortes pentes, car il permet de se déplacer sans effort, même lorsqu’il s’agit de grimper une côte ! 

_1070336.JPG

Les problèmes de santé 

Le principe même du vélo électrique est avant tout d’effectuer une activité douce afin de conserver sa santé. Il faut savoir qu’un Français sur deux est actuellement en surpoids. 

Cependant, l’obésité est loin d'être le seul problème de santé qui peut empêcher quelqu’un de prendre le vélo pour ses déplacements. 

Le tabagisme, les problèmes cardio-vasculaires, le mal de dos et bien d’autres soucis de santé peuvent influencer les personnes à prendre la voiture ou les transports en communs plutôt que le vélo. 

_1070312.JPG

Parce que le vélo est bon pour la planète 

En dehors de sa construction et de son emballage, le vélo à assistance électrique est respectueux de la nature, puisqu’il n’émet pas de polluants ou de gaz à effet de serre. L’utilisation du VAE (vélo à assistance électrique) comme moyen de transport au quotidien permet de réduire le niveau de pollution pour l’environnement. 

Il est en effet indiscutable que la présence des vélos et autres moyens de transport doux pour la planète, grâce en partie à de nombreuses communes qui ont mis en place des zones de circulation (limitation à 30 km/h, zone de rencontre et de partage de l’espace entre les différents usagers).